L’une des activistes pour la légalisation du cannabis les plus reconnue et atypique, cette femme aura largement contribué à la recherche et à la législation aux Etats-Unis sur les vertus médicinales de cette plante notamment pour les malades atteints du VIH ou du cancer.

Quel impact aura eu Mary Jane Rathbun sur la reconnaissance du cannabis thérapeutique aux Etats Unis et dans le monde ? 

Mary Jane Rathbun

Née le 22 décembre 1922 à Chicago d’une mère catholique très conservatrice, elle fréquentera une école religieuse à Minneapolis où son caractère rebel n’était pas en adéquation avec la politique très stricte de cet établissement (où elle sera impliquée dans une altercation avec une religieuse lorsque cette dernière l’eut pris en flagrant délit de fugue). Elle quittera, dès l’adolescence, le foyer familial où elle commencera à travailler en tant que serveuse, métier qu’elle exercera pendant près de 50 ans. 

Elle s’engagera très tôt sur des sujets sociaux important et avant-gardiste pour l’époque comme le droit aux mineurs de former un syndicat ou bien le droit à l’avortement à la fin des années 40. Après un mariage compliqué et un terrible drame puisque que sa jeune fille de 22 ans décédera suite à un accident de voiture dû à un chauffeur ivre, elle repartira vivre au début des années 70 à San Francisco où elle avait déjà vécu après la Seconde Guerre Mondiale.

C’est en partageant une cigarette « magique » avec un activiste de la légalisation du cannabis, Dennis Peron, que Mary Jane Rathbun, en 1974, commencera à confectionner, pour arrondir ces fins de mois, des Space Brownies. Elle ne sera, par ailleurs, pas l’inventrice de la recette du Space Cake puisque la première recette intitulée « Haschich Fudge », paraitra en 1954 dans le livre très controversé de l’écrivain Alice B.Tolkas « The Alice B.Tolkas Cook Book »

Au début des années 80 à San Francisco, Mary Jane Rathbun prépara près de 600 brownies par jour, promotionnant son produit à l’aide de prospectus et vantant que ces gâteaux étaient « délicieux comme par magie ». Ce qui attira l’œil des forces de l’ordre qui l’arrêteront la première fois chez elle, en Janvier 1981, avec en possession 8,2 kg de cannabis, 54 douzaines de Space Brownies ainsi que d’autres produits illicites. Son apparence de grand-mère la médiatisera en faisant la Une des journaux nationaux. Les journalistes la surnommeront « Brownie Mary ». 

Plaidant coupable elle sera condamnée à 3 ans de probation et 500 heures de travaux d’intérêt généraux, qu’elle effectuera, en seulement 2 mois dans divers lieux, notamment aux services communautaires Shanti qui s’occupaient de gérer la crise engendrée par le virus du SIDA. Mary Jane Rathbun avait par ailleurs remarqué avant son arrestation que ses pâtisseries soulageaient les symptômes de ses clients atteints de cancers ou du VIH. Elle distribuera alors aux malades, gratuitement, des brownies à l’aide de dons mais sera de nouveau arrêtée en décembre 1982 en possession d’environ 150 brownies par un agent qui l’avait reconnu dans une rue de San Francisco. Le procureur ne la poursuivra finalement pas. Jusqu’à la fin des années 80, elle fera du bénévolat au service SIDA du « San Francisco General Hospital ».

Au début des années 90, avec son vieil ami activiste Dennis Peron, ils mettront en évidence, lors des réunions de la Coalition contre le sida pour libérer le pouvoir (ACT UP), les bienfaits du cannabis pour soulager les douleurs des patients atteint du VIH et du cancer. Ils participeront également à la « Proposition P » de la Ville de San Francisco, votée à 79% par ses habitants, demandant à l’état de Californie et à la « California Medical Association », de permettre aux médecins de prescrire du cannabis à des fins thérapeutiques.

En 1992, « Brownie Mary » aidera Dennis Peron à ouvrir le premier dispensaire de cannabis médical des Etats-Unis, le « San Francisco Cannabis Buyers Club ». En juillet, elle sera arrêtée une troisième fois en possession de 1,1 kg de cannabis alors qu’elle cuisinait des Space Cakes chez un cultivateur. Libérée sous caution et plaidant non-coupable elle réussira, selon son avocat « à être en mesure de témoigner que ses livraisons avaient été faites pour aider les personnes dans le besoin, et non pour susciter l'avidité d'une personne, que la noblesse de ses actes contrepassait le caractère répréhensible de son délit selon la loi », ce qui lui permettra, une nouvelle fois, d’être acquittée et de ne pas être incarcérée. 

En août elle témoignera de son expérience pour que le conseil de surveillance de la ville de San Francisco adopte une résolution, faisant de l’arrestation ou de la poursuite des personnes en possession de cannabis à des fins médicales, la « priorité la plus basse ». Cette commission prendra en considération son témoignage en votant cette résolution et déclarera alors que le 25 aout serait désormais le « Brownie Mary Day » pour la ville de San Francisco.

En 1996, le binôme Rathbun – Peron sera en campagne pour la « Proposition 215 » qui permettrait aux malades sous ordonnance de posséder et de cultiver du cannabis. Adoptée par 55 % des voix, la Californie sera alors le premier état fédéral des Etats-Unis à légaliser le cannabis à des fins médicales. Ce binôme sera mis à l’honneur lors de la Gay Pride de 1997 à San Francisco pour leurs contributions à la recherche sur le SIDA. 

Mary Jane Rathbun se soulagera également avec ces pâtisseries puisqu’elle souffrira de bronchopneumopathie chronique obstructive et d'arthrose. Elle vantera également les bienfaits sur l’arthrose du cannabis qui lui permettrons de continuer à marcher et d’atténuer ces douleurs. À la suite de plusieurs hospitalisions, elle décédera à 77 ans le 11 avril 1999 d’une crise cardiaque. 

Devenue au début des années 90 le visage public, à l’international, du mouvement américain pour la légalisation du cannabis, elle sera également une véritable icône pour les malades du cancer et du VIH mais également un personnage de la contre-culture de San Francisco et des consommateurs de cannabis dans le monde. Sa notoriété et ses actions ont largement contribué à la législation sur le cannabis de nos jours aux Etats-Unis, puisque désormais 29 états fédéraux ont légalisé le cannabis à des fins thérapeutiques. 

Sources : 

► Wikipedia : http://bit.ly/2IZIL1u 

► Brain Magasine : http://bit.ly/2C8QgNL 

► Atlas Obscura : http://bit.ly/2EUzns3